Livraison gratuite à partir de 40€ d'achat

La Surprenante Histoire du Kimono Japonais

Kimono, en français, signifie "chose à porter". Mais le vêtement que tout le monde associe au Japon n'a pas toujours porté ce nom. Sa longue histoire est l'un des meilleurs exemples de la façon dont les vêtements confèrent un sentiment d'identité.

Le premier ancêtre du kimono est né à l'époque Heian (794-1192). Des coupes droites de tissu étaient cousues ensemble pour créer un vêtement qui s'adaptait à toutes les formes de corps. Il était facile à porter et infiniment adaptable. À l'époque Edo (1603-1868), il a évolué vers un vêtement extérieur unisexe appelé kosode. Signifiant littéralement "petites manches", le kosode était caractérisé par des emmanchures plus petites. Ce n'est qu'à partir de la période Meiji (1868-1912) que le vêtement a été appelé kimono. Cette dernière transformation, de l'ère Edo au Japon moderne, est fascinante.

écran japonais kimono

Écran du XVIIe siècle par Iwasa Matabei (via Wikimedia Commons)

Au début des années 1600, le premier shogun Tokugawa a unifié le Japon en un shogunat féodal. Edo, rebaptisée Tokyo en 1868, devient alors la principale ville du Japon. La période Edo qui en résulte (également appelée ère Tokugawa) s'étend sur 264 ans. Les années 1603 à 1868 sont connues comme la dernière ère du Japon traditionnel. La culture japonaise s'est développée sans pratiquement aucune influence étrangère durant cette période. Et le kosode était l'un des éléments clés de ce que signifiait être japonais.

Découvrez notre collection de kimonos et yukatas

Pendant l'ère Edo, le kosode était un marqueur culturel visiblement unificateur. Tous les Japonais le portaient, quels que soient leur âge, leur sexe ou leur situation socio-économique. Dans les rares occasions où un Japonais entrait en contact avec des étrangers, ceux-ci ne portaient pas de kosode, ce qui constituait une distinction visible. Les kosode d'Edo sont donc une fenêtre sur une culture juste avant un changement fondamental.

Kimono japonais ancien carpe
Comme la plupart des sociétés, le Japon de la période Edo était stratifié. Comme tout le monde portait le kosode et que la coupe n'a pratiquement pas changé au cours de cette période, des messages ont été intégrés au vêtement pour annoncer son porteur. Le style, le motif, le tissu, la technique et la couleur expliquaient qui vous étiez. Ils étaient également souvent soumis à des règles somptuaires. Cela a créé un lien intrinsèque entre le kosode et l'art et le design.

Comme les classes les plus pauvres portaient leurs vêtements jusqu'à la corde, presque aucun de leurs kosode n'est resté intact. Mais les couches socio-économiques supérieures de la société étaient en mesure de stocker et de préserver les leurs, et d'en commander de nouveaux. Et comme d'autres formes d'art - y compris la peinture, la poésie, la céramique et la laque - le kosode adhérait à des canons esthétiques.

Le canon le plus important est peut-être l'utilisation de l'explicite pour désigner l'implicite. Naomi Noble Richard note que la fleur de cerisier n'était pas seulement un joli motif ; elle symbolisait plutôt la beauté féminine mortelle, de sorte que nous pouvons nous attendre à la voir sur un vêtement de femme, et non d'homme. Qui plus est, une femme raffinée le porterait pour ses loisirs, et non pour le travail. C'était le cas de la plupart des motifs floraux.

véritable kimono japonais bleu

Kimono d'été non doublé (Hito-e) avec paysage et poème, période Edo (1615-1868) via JSTOR

La qualité du tissu, le choix du motif, du fil, de la peinture, de la gravure sur bois et de la couleur étaient des critères essentiels pour présenter le rang, l'âge, le sexe et le raffinement de la personne qui s'y enveloppait. Et le raffinement revêtait une importance particulière. L'utilisation de kanji (caractères chinois) et de scènes tirées de la littérature classique chinoise et japonaise témoignait de prouesses littéraires. Richard explique qu'une roue de charrette en bois, par exemple, évoquerait Le conte de Genji, ou même ferait allusion à une scène d'une pièce de théâtre Nō (seuls des aristocrates triés sur le volet étaient invités à assister aux pièces de théâtre Nō).

Le kosode du début de l'ère moderne comportait tellement de subtilités que les livres de dessins étaient essentiels. Tout le monde consultait ces Hinagata bon (livres de dessins/modèles), du commanditaire aux designers en passant par les propriétaires de boutiques de textiles.

Le premier Hinagata bon que nous connaissons date de 1666 et s'intitule Shinsen O-Hinagata (Une nouvelle sélection de motifs respectés). Le fait que les artistes les plus respectés de l'époque, les ukiyo-e (monde flottant), aient écrit Hinagata bon souligne à quel point les kosode étaient de véritables œuvres d'art.

Chaque vêtement individuel était les données biologiques de celui qui le portait. De la même manière, Edo kosode et Hinagata bon sont les données biologiques d'une époque. En portant des objets d'art, les premiers Japonais modernes nous ont laissé un aperçu remarquable de leur monde et de ce que signifiait être Japonais avant l'influence étrangère.

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés